Souvenirs de Guerre de Raymond Lescastreyres

Acteurs

Liens Contact Cartes Autres Images English Boutique Recherche
Introduction
1939
1940
1941
1942
1943
1944
1945
Après la guerre…

 


Résumé.

L’entraînement se poursuit à Casablanca jusqu'au jour du débarquement au Maroc des forces Anglo américaines, en novembre...

 

 

 Le texte complet

  Téléchargez le récit complet en format PDF pour 3 Euros seulement.

Un texte de 116 pages richement illustrées que vous pourrez imprimer ou faire imprimer et lire plus confortablement que sur un écran d'ordinateur.



 Après avoir complété votre paiement, cliquez sur "retourner a Bodyscape" pour être diriger vers la page de téléchargement. Sinon contactez moi.

 






Le Chas d'Af
Le Chas d’Af, Chéchia rouge à 3 bandes noires dans le bas. La veste dans le pantalon, ceinture rouge, ceinturon et les fameuses bandes molletières !


à Mediouna.
Au 1er RCA. Etape sur la route de Mediouna. Je suis le personnage debout à gauche et revêtu de la gandoura blanche. (Djellaba légère en voile, alors que la djellaba est en drap.)




à Mediouna.
A Mediouna, en djellaba, bandes molletières et armé du « mousqueton », petite carabine à un coup qui équipait, à l’époque, la cavalerie, tant à cheval que motorisée.















à Mediouna.
Eté 42. Mon peloton lors d’un déplacements en vélo à Mediouna. Je suis quelques part dans le fond, Au premier rang, au centre, mon ami Lamotte, qui sera tué le 21 avril 1944 dans son char à Vaihingen, faubourg de Stuttgart.



















Au 1er RCA
Au 1er RCA, avec, au premier rang, Lasserre, moi et derrière, Ver Haegen, Ferret, Sampieri et (bandeau sur l’œil) Samson, qui sera tué lors du débarquement du 8 Novembre 1942.






























Au 1er RCA
Au 1er RCA en treillis bourgeron, ceinture rouge et ceinturon, lors d’une garde aux garages à Casa, Au camp de la Jonquière.
























































 


Année 19
42.  (extrait)

  A

vant le 8 novembre 1942, il ne se passe pas grand chose dans ma vie de soldat, aussi je me contenterai d'un survol rapide de cette période qui me voit, après mes “classes”, intégrer le bureau de mon escadron en tant que secrétaire chargé de la tenue des pièces matricules (livrets militaires des personnels) et d'établir la solde (la rémunération) des hommes de troupe. A présent, il me faut attendre d'avoir au moins un an de services pour pouvoir prétendre être admis à suivre les cours d'un peloton d'élèves brigadiers (élèves‑caporaux)  c'était ainsi à l'époque.

 A la fin de mes classes, j'ai réussi à obtenir le permis moto et, en cas de mobilisation, je serai utilisé comme estafette‑moto et me vois attribuer une petite moto Terrot de 125 cm3 avec laquelle je ne sors que lors de rares exercices mais dont l'entretien est à ma charge et que je dois présenter chaque samedi à la revue de matériel. Je participe aussi aux marches de l'escadron.  Nous allons au moins deux fois par mois, à pied bien sûr, faire nos exercices de  tir au camp de Mediouna ( à 20 km environ de Casablanca ) ainsi que des exerci­ces d'escalade de falaises au bord de l’océan, au sud de Casa, tout près d'Anfa.

A ce sujet, une anecdote : lorsque nous revenons de ce dernier exercice, nous passons obligatoirement devant l'Hotel d' Anfa où est installée la Commission d' Armistice allemande et, au pas cadencé, en rang, par trois, l'arme sur l' épaule nous chantons à pleine gorge le chant de notre régiment et, plus parti­culièrement le passage suivant : “Même à Sedan, de sinistre mémoire, les vieux chas’ d' Af' souriaient en chargeant, et le boche osant à peine y croire, bien malgré lui dit : Ah! Les braves gens!..” A ma connaissance, cela ne nous a jamais valu la moindre récrimination.

En réponse à des cartes inter-zones que j'ai envoyées en décembre tant à ma mère qu'à mon père, je reçois, en mars, une réponse m'annonçant que ma mère a quitté Mont de Marsan et est revenue à Parentis en Born vivre à nouveau avec mon père dont elle avait divorcé en 1931. Sans grand espoir qu'elles leur parviennent, je leur adresse quelques photos de leur militaire de fils. Elles n'iront pas plus loin que Marseille d'où elles me seront retournées avec la mention “ acheminement impossible “.

Au printemps, un nouveau contingent d'engagés nous arrive et, parmi eux, un jeune Marseillais, Jacques Lamotte, qui deviendra aussi un excellent ami. Et c'est la vie de garnison, vécue au jour le jour. Nos officiers nous entretiennent de temps à autres de ce qu'ils savent et nous demandent de continuer à espérer que le jour de la revanche finira bien par arriver. A dire vrai, cela nous semble, pour le moment, assez mal parti car, si les Russes défendent toujours âprement Stalingrad, Rommel, par contre, devant El Alamein, mène la vie dure à la 8ème Armée dont le Maréchal Montgomery vient de prendre le commandement. Nous n'avons pas de radio pour nous tenir au courant mais nous lisons les journaux locaux ( le Petit Marocain et La Vigie ) que des yaouleds viennent nous proposer à l'enceinte du camp. Dans ces journaux, pratiquement pas de censure (ils diffusent les informations données par Radio Tanger et Radio Sottens, parfaitement neutres.

Fin octobre, j'ai 19 ans et 1 an de services, je vais pouvoir suivre les cours du peloton d'élèves gradés qui doit commencer incessamment.

J'en arrive au mois de novembre 1942 qui va marquer un grand tournant, non seulement dans ma vie, mais aussi dans l'histoire de la seconde guerre mondiale.


7 Novembre 1942

  N

ous sommes, autant qu'il m'en souvienne, un samedi. Lasserre, Lamotte et moi sommes sortis du camp vers 18 heures, titulaires d'une permission de spectacle valable jusqu'à minuit. Tout est très calme lors de notre départ. Après une escale à l' Automatic nous allons au cinéma, Place de France, voir un film américain dont j'ai oublié le nom. Après les actualités et l'entracte, le film a commencé depuis déjà un moment quand tout à coup, la projection est interrompue, la lumière inonde la salle, le gérant monte sur la scène et déclare : “L'autorité militaire donne l'ordre à tous les militaires présents de rejoindre immédiatement leurs unités, des camions les attendent pour les ramener.” Tous les trois nous sortons et trouvons, dans les camions, d'autres camarades. Entre nous, les supputations vont bon train.. Que se passe t'il ? Les Allemands ont ils attaqué l'Espagne ?  Ou bien : Pétain a t'il été assassiné ?  En fait, personne parmi nous ne songe un instant à l'imminence d'un débarquement anglo-américain en Afrique du Nord , l'opération Torch.

Lorsque nous arrivons au Camp  nous le trouvons en ébullition. Nous recevons l'ordre de nous mettre en tenue de combat et de nous tenir prêts à partir en opérations dans un délai de 2 heures. D'abord il s'agit d'aller aux garages, de mettre tous les véhicules en état de fonctionner à l'essence (opération simple à laquelle nous sommes tous entraînés et qui consiste en un simple échange de gicleurs des carburateurs.) Puis  c'est la perception de l'armement, des munitions, des vivres, confection des paquetages de campagne. Tout cela est rondement mené, sans affolement car, si nous ne savons pas exactement à quoi correspond cette “mise sur pied de guerre”, il se murmure que les Anglais et les Américains se prépareraient à débarquer en Afrique du Nord et, plus précisément pour ce qui nous concerne, sur la côte marocaine. Nous, qui suivons anxieusement avec la presse, le déferlement japonais sur le Sud Pacifique d'une part, d'autre part l'inexorable avance de Rommel et de son Afrika Korps en direction du Caire, sommes un peu perplexes et nous nous demandons comment, avec tous les “emm....nuis” auxquels ils ont à faire face en ce moment, les Anglo-américains peuvent ils mettre sur pied une aussi monumentale opération.  Et pourtant !

Quatre heures du matin ce 8 novembre. Mon escadron est prêt depuis longtemps à partir, nous attendons les ordres. Tout est calme, pas un bruit. Soudain, en direction de l'ouest, un vrombissement d'avions se fait entendre et s'amplifie en quelques secondes, on voit leurs feux de positions, ils viennent de l'océan et volent très bas. Pas un coup de feu, pas une bombe, mais une multitude de tracts qui tombent sur le camp et tout à l'entour. J'en ramasse un, il est rédigé en Français et en arabe. Signé du Général Dwight Eisenhower, il nous dit à peu prés ceci “Nous venons en amis pour vous aider à vous débarrasser du joug nazi, ne tirez pas sur nous et il ne vous sera fait aucun mal.” L’opération Torch vient de commencer.

Malheureusement le Général Nogues, qui commande au Maroc, a décidé qu'il s'opposerait par la force à tout assaillant quel qu'il soit. Il a même fait arrêter et interner (nous l'apprendrons plus tard) le Général Bethouart, son adjoint, qui, lui, ne voulait pas combattre les Anglo-américains. Obéissant aux ordres de Nogues, aviateurs et marins qui disposent d'armes de DCA (Défense Contre Avions) ouvrent le feu sur les avions lanceurs de tracts qui, dans le courant de la matinée vont revenir avec autre chose que des tracts.

Vers sept heures nous recevons l'ordre de partir, direction le port de Casablanca où se trouvent quelques unités de la marine de guerre, dont le cuirassé Jean Bart (qui a réussi à quitter Brest, où il était en cours de finition, en juin 1940, quelques heures seulement avant l'arrivée des Allemands. Il est à quai il ne peut prendre la mer, ses machines n'étant pas en état, et il ne dispose que d'une tourelle de 3 canons de 380mm avec laquelle, dans la matinée, il tirera sur l'escadre US qui se trouve au large. Il y a aussi les croiseurs Gloire et Primauget ainsi que deux ou trois navires plus petits (torpilleurs ou contre-torpilleur je crois) dont Le Milan.

Sur le port, nous ne faisons rien d'autre que “compter les coups” car, en effet, voilà les avions US qui reviennent, bien reconnaissables à leurs bouts d'ailes carrés (j'apprendrai plus tard que ce sont des Grumann Martlet de la Marine US.) Ils s'en prennent tout d'abord à l'aérodrome du Camp Cazes où se trouvent quelques avions français et des batteries de DCA qui ont ouvert le feu en premier; on entend quelques bombes exploser et, bientôt, nous voyons un gros nuage noir monter dans le ciel. Les dépôts de carburant et de munitions de l'aérodrome brûlent. Depuis le quai, toujours amarré, le Jean Bart tire vers le large avec ses 380mm  Vers 9 heures, la riposte ne se fait pas attendre. D'où je suis, je vois les Grumann Martlet, très haut au-dessus du port, basculer l'un après l'autre et piquer sur les navires français qui ont pu franchir les passes et font feu de toutes leurs pièces de DCA. En entamant leur ressource, les avions lâchent leur bombe. Le Milan, qui navigue à environ 2km de nous, en reçoit une en plein sur son arrière et, à la jumelle, émergeant de la fumée de l'explosion, je vois une mitrailleuse lourde tournant toute seule autour de son axe, pointée vers le ciel, mais il n'y a plus trace de son servant, sans doute volatilisé.

C'est dément d'assister ainsi à la guerre en spectateur, comme au cinéma, car nous voyons bien que ces bombes ne nous sont pas destinées!

Bientôt les avions ne sont pas seuls à entrer en action et, dans un vacarme semblable à celui que ferait un train rapide lancé à grande vitesse, avec un même déplacement d'air une volée de gros obus tirés par les cuirassés US (au moins du 380mm) s'abat sur le port et ses environs. Je n'ai pas eu le temps d'avoir peur car les plus proches explosions ont eu lieu à plusieurs centaines de mètres derrière nous, dans des terrains vagues. Et cela continue, de façon sporadique, tout au long de la journée.

Dans l'après-midi, un peloton de mon escadron est envoyé en reconnaissance sur la route côtière Casa-Rabat, voir si l'itinéraire est libre car le groupe d'escadrons de Casa a reçu l'ordre de rejoindre au plus tôt le gros du Ier Régiment de Chasseurs d'Afrique à Rabat. Avant d'arriver à Fedala (environ à mi-chemin entre Casa et Rabat), ce peloton doit faire demi-tour après avoir constaté que les Américains débarquent en grand nombre sur les plages avec des chars amphibies et que la route est coupée. Pour rejoindre Rabat, il va donc nous falloir faire un grand détour par l'intérieur des terres, aussi partons-nous, en fin d'après-midi, pour Camp Boulhaut, puis Camp Marchand où nous allons passer la nuit.

 Le 9 novembre, il pleut; nous avons quitté la route asphaltée et roulons sur des pistes en direction de Temara où nous retrouverons la route directe Casa - Rabat, à environ 10 km de cette dernière ville. Pour les camions de mon escadron et les chars Hotchkiss et Renault du 2ème Escadron, le fait de rouler sur la piste ne présente pas de difficultés particulières. Pour ce qui me con cerne, avec ma petite Terrot 125 cm3, motocycliste assez inexpérimenté que je  suis, sur cette piste argileuse et très mouillée, j'essaie de rouler et j'éprouve bien des difficultés à le faire.  En effet, tous les 300 ou 400 mètres je suis obligé de mettre pied à terre pour enlever les paquets de glaise qui, coincés entre les garde boue et les roues, m'empêchent d'avancer. Un vrai cal­vaire et je ne tarde pas à me retrouver seul, mais pas le dernier car le camion de dépannage est loin derrière moi, s'occupant à réparer d'autres véhicules en panne. 300 mètres par 300 mètres, je continue à avancer dans une plaine de boue rougeâtre, sans un arbre, sans une maison où une “mechta” (maison arabe), un vrai bled dans tous les sens du terme, alors que la pluie a enfin cessé.

 

  P

eu avant midi, alors que, une fois de plus, je suis occupé à me désembourber, voici un visiteur. Un Grumann passe par-là, en rase-mottes. Je ne suis pas très fier mais, comme j'ai mon mousqueton (genre de carabine) en bandoulière, le pilote voit bien que je ne nourri aucune intention hostile à son égard (d'ailleurs, s'il en allait autrement, ce serait, pour le moins, un peu présomptueux de ma part.) Il se contente donc de tourner deux fois autour de moi en faisant, derrière son cockpit, un petit geste de la main que je prends comme un encouragement à continuer mon travail et, prenant de l'altitude, il met le cap à l'Ouest. Enfin, je rejoins la colonne qui, avant d'arriver à Temara,  s'est arrêtée pour permettre un regroupement de ses éléments, puis, au bout d'un moment, nous repartons. En tête se trouve, derrière la voiture du Capitaine Blacas, le peloton des 3 automitrailleuses Laffly (engins antédiluviens dotés d'un toit ouvrant permettant le tir contre avions d'un fusil mitrailleur 24-29 (fabriqué en 1924, modifié en 1929.) Ensuite, encadrés par les motocyclistes qui vont et viennent le long de la colonne, la kyrielle des camions de personnels et de matériels, jusque et y compris la bonne vieille cuisine roulante, communément appelée  la roulante.

La colonne s'engage sur la route Casa-Rabat et entre dans Temara lorsque survient une escadrille de Grumann. Dans quelques instants cela va être le drame. Nous ne serons plus les spectateurs mais les acteurs et aussi les victimes d'un lamentable  film de guerre, d'une épouvantable tragédie.

Qui a donné l'ordre aux automitrailleuses Laffly d'ouvrir le feu? Sans doute quelqu'un qui s'estimait tenu d'obéir aux ordres du Général Nogues. Le fait est que, si le tir de nos fusils-mitrailleurs n'a eu aucun effet contre les avions, par contre, il a entraîné, de leur part, une riposte particulièrement sanglante. Prenant la route d'enfilade, faisant feu de toutes leurs mitrailleuses de calibre 50 (12,7mm) ils ont fait un véritable carnage. Environ un trentaine de tués (dont le capitaine Blacas dans sa voiture, une balle de 12,7mm en pleine tête) mes camarades Samson, Letang, Verpilier, Vesperini, Muiron, Philippoteaux. et une soixantaine de blessés plus ou moins graves. Autant dire qu'en quelques minute mon escadron a pratiquement cessé d'exister.

En ce qui me concerne, dès le début du mitraillage je me retrouve avec ma moto dans un fossé, sous un fourré de figuiers de barbarie (espèce de cactées) dont je ne sens vraiment pas les épines. La plupart de nos camions sont en flammes, partout ce ne sont que cris et hurlements de douleur. Les avions partis, je me relève. Pour moi, c'est l'apocalypse, le cauchemar éveillé. Dans la fumée des incendies je vois surgir des ombres, des camarades tout aussi hébétés que moi, assommés par l'immensité du désastre que nous venons de subir. Je retrouve Lasserre et Lamotte qui, par chance, sont comme moi indemnes. Avec d'autres camarades nous nous mettons en devoir d'écarter des flammes quelques blessés et de les secourir au mieux. Une épouvantable odeur de chair grillée empeste l'atmosphère. Quelques gradés rescapés remettent un semblant d'ordre et dressent un premier bilan. Le camion qui transporte le bureau de l'escadron n'a pas trop souffert, néanmoins le chef comptable (Major Douillet) a été grièvement blessé, le Maréchal des Logis (sergent) Oswald blessé aussi mais plus légèrement.

 

 

Lire la suite:

 Le livre broché

  Les "Souvenirs de guerre d'un jeune français" en version  broché délivré à votre porte.
13.97 x 21.59 cm
142 pages
Commandez le dés maintenant.



$18.85 Dollars US
Approx: 13 Euros
(plus fret)

----------------======0000O0000======-----------------

Année 1943                                                Retour en haut de la page.



 

 

 Le livre broché

  Les "Souvenirs de guerre d'un jeune français" en version  broché délivré à votre porte.
13.97 x 21.59 cm
142 pages
Commandez le dés maintenant.



$18.85 Dollars US
Approx: 13 Euros
(plus fret)



La Guerre en couleurs 2, les années décisives
DVD
La Seconde Guerre Mondiale fut le conflit le plus dévastateur de l'histoire de l'humanité. Pendant de longues années, plusieurs nations ont affronté ce fléau qu'est le nazisme.























































 

















 

 

 

 

 

 



Le débarquement des américains à Casablanca
Du 8 au 10 Novembre 1942
Anne Le Gall publie les souvenirs de son père,
Eugène Le Gall, 3ème lieutenant à bord du SS Wyoming présent lors du débarquement de l' Opération Torch

























Le site de Ralph de Butler témoignant de l’engagement de son grand père, le Colonel de Butler pendant l’opération Torch.
 
Lors du débarquement Américain Torch le Colonel de Butler était responsable entre autre de la formation des troupes Marocaines (Goums) et de leur préparation à une éventuelle entrée de la France en guerre contre les Nazi. Il était affecté à la Résidence Générale du Maroc dirigée par le Général Nogues. .Il n'avait aucun commandement militaire officiel et était inspecteur des Affaires Indigènes sous les ordres du Général Guillaume.
Le Général Béthouard  commandait la Division de Casablanca qui comprenait le 1e et le 6e RTM).
Le 1er RTM lors du débarquement Américain était commandé par le Colonel Petit.
Des notes de mon grand père:"le régiment oppose une résistance inutile aux forces armées Américaines qui ont débarqué à port Liautey. Ce régiment disposant d'un armement dérisoire subit une véritable hécatombe".
Avant le combat les 4 chefs de bataillon font valoir l'inutilité d'une telle opération qui les condamne d'avance: tous les 4 seront tués….

















































































 

 A lire aussi....

 "Cinq Annees d'Esperance" du General Bethouart,chez Plon en 1968
















































































Achetez le DVD
Tant qu'il y aura des hommes
Avec : Burt Lancaster, Montgomery Clift, Deborah Kerr,Frank Sinatra
Réalisateur : Fred Zinnemann










      Copyright © Raymond Lescastreyres, Olivier Duhamel, 2001, 2010