Souvenirs de Guerre de Raymond Lescastreyres

Acteurs

Liens Contact Cartes Autres Images English Boutique Recherche
Introduction
1939
1940
1941
1942
1943
1944
1945
Après la guerre…

 


 

Résumé.

L’entrainement et l' "americanisation" se poursuivent...

 

 

 

 Le texte complet

  Téléchargez le récit complet en format PDF pour 3 Euros seulement.

Un texte de 116 pages richement illustrées que vous pourrez imprimer ou faire imprimer et lire plus confortablement que sur un écran d'ordinateur.



 Après avoir complété votre paiement, cliquez sur "retourner a Bodyscape" pour être diriger vers la page de téléchargement. Sinon contactez moi.

 

 























































































brigadier chef
Je viens d’être promu brigadier chef



 


Année 19
43. ( extrait)

  D

ébut janvier le 1er RCA commence à se trouver singulièrement à l'étroit au Camp Garnier avec ses 12 escadrons de combat et son EHR (Escadron Hors Rang,  qui englobe l'Etat-Major du régiment, ses différents services administratifs et logistiques), et encore n'a t'il toujours pas de matériel de combat.. Aussi est-il envisagé dans la perspective prochaine de la perception de ses chars, de lui donner “de l'air et de l'espace” en l'envoyant bivouaquer en dehors de Rabat.

Le 1er février, jeune brigadier frais émoulu, je rejoins mon escadron où mon capitaine m'affecte au PHR (peloton hors rang) où, dans les services administratifs, je prends les fonctions de “comptable matières”, c'est à dire que je suis chargé de réceptionner les matériels chars, véhicules à roues, armement qui vont nous être attribués, d'en assurer la gestion, de comptabiliser les munitions ainsi que les carburants nécessaires à l'utilisation de ces matériels. Ceci pour le “temps de paix” car, pour le temps de guerre, lorsque nous serons engagés dans le combat, j'aurais à apporter, dans n'importe quelles circonstances, avec mes camions, les munitions aux chars qui en manqueraient ainsi que les “jerricans” de carburant qui leurs seraient nécessaires, mais de cela j'aurai l'occasion de reparler.

Vers le 4 ou 5 février, dans le cadre du régiment, mon escadron quitte Rabat en camions et va bivouaquer dans la forêt de chênes-liège d’Ain Sibarra, à une cinquantaine de kilomètres environ à l'Est de Rabat. Chacun des 5 pelotons de l'escadron, un PHR, un peloton échelon chargé des dépannages du matériel auto-chars et les trois pelotons de combat,  perçoit 2 tentes “marabout”(tente conique pouvant loger, chacune, une bonne douzaine d'hommes) et la vie au grand air commence. Les futurs pilotes de chars (6 à 7 par peloton) partent à Casa pour recevoir une formation rapide, ce qui ne posera pas de problème particulier car, parmi les “pieds-noirs”, (c'est ainsi que l'on appelle affectueusement les français installés en Algérie et au Maroc) mobilisés, beaucoup sont déjà titulaires du permis “poids-lourds”,

Très rapidement, vers la mi-mars, les premiers chars de 30 tonnes Sherman M4A4 nous parviennent et, en un mois tout l'escadron en est doté (5 par peloton de combat et 2 chars de commandement au PHR) soit 17 chars ; il dispose également de son matériel auto (jeeps, CMC, Dodges, half-tracks) et de la totalité de son armement.

Il a été décidé que, pour chacun des escadrons du 1er RCA, tous les véhicules seraient “baptisés” avec des noms de villes, de régions, de personnages célèbres, de batailles, commençant, par escadron, par la même initiale. Pour mon escadron ce sera la lettre N, c'est ainsi que nous aurons des chars baptisés Narvick, Ney ou Normandie par exemple.

Aussitôt l'école d'équipage commence, puis l'école de peloton afin de rendre, aussi rapidement que possible l'escadron opérationnel. Voilà pour le coté matériel. A présent, il s'agit aussi de nous vêtir car, chacun en convient, notre “accoutrement” du moment est peu compatible avec 1e service à bord d'un char.  Les Américains nous fournissent donc un paquetage à peu près identique à celui de leurs GI’s mais, comme nous ne sommes pas “français pour rien”... nos chefs (certains du moins et pas tous, heureusement!) voudraient apporter une “touche” particulière à nos uniformes afin qu'on ne nous confonde pas avec les “boys”.  Certains “grands chefs” préconisent que tirailleurs, spahis et chasseurs d'Afrique continuent à être coiffés de la chéchia. Oui, je ne plaisante pas! D’autres estiment que le port de la ceinture rouge devrait être maintenu.  Fort heureusement personne cependant ne demande que le port des “bandes molletières” soit préféré à celui des leggins de toile que comporte le paquetage US  Il paraît que les Américains n'avaient pas du tout apprécié ces prétentions ridicules et avaient menacé de ne rien fournir.  Finalement il est décidé que nous nous distinguerions des “boys” par le port d'une cravate noire au lieu de leur cravate beige, ce qui, d'ailleurs, ne durera pas bien longtemps et nous en viendrons à la cravate beige nous aussi. Toutefois, en tenue de sortie, nous nous distinguerons par le port de “calots d'armes”, identiques quant à la forme aux calots américains mais de couleurs différentes selon les armes (en particulier bleu ciel avec soufflet jaune pour les chasseurs d'Afrique, rouge avec soufflet jaune pour les spahis, bleu très foncé avec soufflet rouge pour les cuirassiers.)

Notre “américanisation” se poursuit dans tous les domaines et nous percevons nos premières rations alimentaires, celles de tous les GI's : rations D, les moins appréciées, rations K, plus substantielles, mais celles que nous préférerons ce sont les rations U, une caisse comportant la ration journalière de 5 personnes, soit un équipage de char. Elles offrent davantage de diversité dans les menus et nous semblent plus consistantes.

Les semaines et les mois passent. Nous suivons avec beaucoup d'intérêt le total retournement de « la fortune des armes. » Les Allemands désormais, reculent partout en Russie mais aussi, et surtout, en Afrique où la 8ème Armée de “Monty” a raccompagné l'Afrika Korps jusqu'en Tunisie, le contraignant à la capitulation. A la mi-mai, il n'y a plus d'Allemands en Afrique.

Pour les Japs aussi c'est le commencement de la fin. L'ère des conquêtes, des succès fulgurants, est passée mais  il faudra encore bien des mois et de trop nombreux morts, hélas, pour, enfin, les mettre à genoux.

Fin juin, les équipages de chars ont acquis une maîtrise suffisante de leur matériel pour être considérés désormais comme “opérationnels” aussi, début juillet, le régiment quitte t'il la forêt d'Ain Sibarra pour Rabat et ses environs. Mon escadron va bivouaquer dans la banlieue de Rabat, dans le parc de l'Aguedal. C'est là que nous apprenons le débarquement américain en Sicile, l'invasion de l'Europe  a commencé. Le 14 juillet nous défilons avec nos chars dans l'avenue Dar El Maghzen, principale avenue de Rabat.

Lire la suite:
 

 Le livre broché

  Les "Souvenirs de guerre d'un jeune français" en version  broché délivré à votre porte.
13.97 x 21.59 cm
142 pages
Commandez le dés maintenant.



$18.85 Dollars US
Approx: 13 Euros
(plus fret)

----------------======0000O0000======-----------------

Année 1944                                                Retour en haut de la page.

 



 

 Le livre broché

  Les "Souvenirs de guerre d'un jeune français" en version  broché délivré à votre porte.
13.97 x 21.59 cm
142 pages
Commandez le dés maintenant.



$18.85 Dollars US
Approx: 13 Euros
(plus fret)































Casablanca
Un classique du  Réalisateur : Michael Curtiz. Avec Humphrey Bogart, Ingrid Bergman, 
est un chef-d'oeuvre de perfection qui éblouira encore de nombreuses générations à venir. Mêlant une intrigue amoureuse unique d'une grande subtilité aux enjeux de la Seconde Guerre Mondiale

      Copyright © Raymond Lescastreyres, Olivier Duhamel, 2001, 2010